Préparer moins vos scénarios et jouer plus au jeu de rôle

Y a-t-il un moyen de commencer « MJ niveau 7 » plutôt que niveau 1  ? Quels sont les secrets des MJ qui font que tout semble rouler comme sur des rails ? Sur Ocrelune, je partage avec vous mon expérience de rôliste pour que vous puissiez vous amusez à être MD à Donjons et Dragons, MC dans un pbta ou MJ à votre jeu maison.

Vous avez déjà ressenti ce plaisir à la fin d’une partie : celui d’une partie qui s’est déroulée comme vous le souhaitiez, pleines d’émotions et de scènes inoubliables. Un jour, vous avez Vous avez eu la curiosité de passer de l’autre côté de l’écran de jeu pour apprendre quelque chose de nouveau ou par défi personne et vous avez découvert un plaisir immense. Et ces bons moments, vous voulez les partager encore plus avec les joueurs et joueuses de votre table.

Même pas peur mais un peu quand même (angoisse de l’improvisation).

Toutefois, avez-vous ressenti le tract de début de scénario ou de début de campagne ? Les joueurs et les joueuses vont-ils accrocher à l’histoire ? Où ma préparation pêche-t-elle et va entraîner un blocage pour les personnages ? À chaque fois, c’est pareil. Vous cherchez à être prêts à toute éventualité. Évidemment, dès que vous êtes à la table avec vos amis rôlistes et que la partie commence, tous soucis disparaissent comme un gobelin sous une boule de feu.

Il y a deux types de MJ : ceux qui préparent et les autres

La préparation des scénarios est un sujet épineux dans le monde du jeu de rôles : certains prétendent qu’il faut la jeter aux orties, d’autres qu’elle est indispensable. Si vous lisez ces lignes, vous l’êtes très certainement et personnellement, je suis un des MJ qui préparent et je souhaite réduire ma préparation à l’essentiel.

L’immense majorité des MJ prépare les scénarios, pour plein de raisons différentes: pour éviter de perdre le contrôle dans la campagne achetée, pour faire une histoire sans burlesque ni incohérence ou encore pour offrir un challenge aux joueurs et joueuses.

S’il y a différentes manières de maîtrise du JDR, il y a évidemment différentes manières de préparer une partie. Il est important de trouver celle qui vous correspond le mieux pour être prêts aux surprises ou aux questions que les PJ ne manqueront pas de vous poser.

L’improvisation est un faux problème : elle fait partie du JDR.

Avec la préparation vient souvent la peur de l’improvisation. Comment éviter que les PJ ne se cognent aux murs invisibles du scénario ? Comment rebondir aux suggestions facilement et rapidement ?

L’improvisation est loin d’être un problème: Préparez-vous les dialogues du mec louche qui va embaucher les PJ à la virgule près ? Avez-vous créer une banque de sons suffisante pour chaque sort des PJ et PNJ ? Vous savez quelle va être la trame de l’entretien d’embauche de PJ et vous avez une vague idée de comment la magie se manipule dans l’univers (avec des jeux de mains à la Naruto ou avec des Kamé Hamé Ha à la Dragon Ball Z) et vous improvisez. Si vous êtes capables de le faire avec un dialogue ou des tours de magie, vous pouvez le faire avec le reste. En fait vous préparez déjà l’essentiel… et un peu plus pour vous rassurer.

Le jeu de rôle est une rencontre

Et si le problème était ailleurs ? Le jeu de rôle est un loisir où plusieurs personnes se rencontrent pour joueur ensemble. Même si cela existe, le JDR Solo est loin d’être majoritaire. Et nous venons chercher à la partie bien plus qu’une histoire. La partie est avant tout une rencontre (éphémère ou durable) entre gens qui mettent en commun leur imagination pour un moment et faire un bout de chemin ensemble en y trouvant du plaisir : raconter une histoire, trouver une solution à des problèmes, s’immerger dans un univers ou même de participer à sa création.

Une vision claire de sa maîtrise.

Mais avez-vous réfléchi à votre propre pratique ? Avez-vous les idées claires sur ce qu’est pour vous une partie de jeu de rôles idéale? Une réflexion personnelle et une vision globale du travail de MJ vous permettra de faire moins de préparation pour jouer plus au JdR. La préparation de scénario, de tables et rencontres aléatoires sont les résultats de ce que vous allez mettre en place pour faire des parties telles qu’elles vous plaisent. Si vous adorez proposez des problèmes, des énigmes à vos joueurs, vous préparez différemment que si vous adorez faire vivre un univers cohérent et vivant, réagissant aux actions des joueurs.

Ma maîtrise: diriger sans conduire

Pour ma part, j’aime diriger les histoires sans conduire : avoir une trame d’histoire avec des passages clés et laisser les joueurs y arriver de la façon dont ils le souhaitent. Un peu comme si en voiture, je laissais le volant aux joueurs et leur donnais juste les indications pour aller à la fin de l’histoire : « Moi, je passerai par là parce que c’est plus joli, même si rallonge un peu… Fais comme tu veux, c’est toi qui as le volant

Ma solution : des newsletters et une approche interactive des publications

J’ai donc construit ce site pour partager avec toi, lecteur, mes années de pratiques rôliste, mon expérience de MJ à la LTDJ et ce que m’ont apporté ma participation comme auteur et traducteur. chez PTGPTB.

Pour avoir une idée de mes réflexions, voici quelques articles appréciés :

Mais bien plus encore, je propose une publication d’article partagée : Vous demandez et moi je réfléchis et publie dessus, un peu comme de la narration partagée. Je souhaite que mes réflexions vous soient utiles et que vos parties deviennent plus fluides avec des préparations plus concentrées sur ce que vous avez besoin.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter pour recevoir directement dans votre boite mail, deux fois par mois, des réflexions utiles sur le jeu de rôle.