Faites découvrir tranquillement D&D

Body

Vous avez enfin pu réuni vos amis et collègue de boulot pour une soirée découverte du jeu de rôle. C’est peut-être la seule et unique occasion de leur donner le goût du JdR et éventuellement de vous lancer dans une petite campagne. Comment aller-vous organiser votre soirée et surtout la partie pour enseigner le jeu de rôle avec une mécanique complexe tout en gardant une ambiance fun ? Et là, il y a pas de point d’inspiration pour vous donner un avantage à vos jet de représentation.

La mécanique de donjons et dragons (que ce soit le SRD, la gamme officielle ou alors des univers alternatifs — comme Dragons dont nous avons fait la critique) est simplifié pour nous rôlistes qui avons l’habitude de jouer mais complexe pour une personne intéressée qui souhaite découvrir notre loisir : le livre de règle fait plus de trois cents pages. Dans quel autre jeu de société, les règles sont plus lourdes que le matériel de jeu ? Et cela n’implique pas en plus le système de jeu, c’est à dire l’incarnation des personnages, l’univers et les codes esthétiques du genre ou l’autorité narrative. C’est comme vouloir apprendre l’anatomie et la biomécanique du corps humain dans la soirée: ça vous paraît sexy ? Nous sommes nombreux à buter sur ce problème : « C’est compliqué », « Je n’arrive pas à imaginer la scène », « C’est trop long ». Beaucoup d’excuses polies qui sont autant de backstab’.

Le problème des jeu de rôle basé sur la mécanique de D&D 5 est la quantité importante et dense des informations à assimiler. Pourtant une fois assimilée, le jeu de rôle est plaisant, nous y ressentons des émotions géniales et la complicité qui se crée autour de la table est fantastique.

Quelle est votre partie idéale ?

Le reproche souvent fait aux enfants est qu’ils retiennent plus facilement les chansons, le génériques de dessins anime que leur table de multiplication. Pourtant, la solution à une mémorisation efficace est sous nos yeux (ou plutôt dans nos oreilles… Pat’ Patrouille ! Pat Patrouille!) : la mémorisation d’information est facile lorsqu’il y a quelque chose qui nous motive et pour laquelle nous prenons du plaisir. La solution est de distiller les informations concernant les mécaniques du jeu pendant la partie. Mais surtout de faire en sorte que la partie soit passionnante pour que les joueurs et joueuses aient envie de continuer.

Donc pour un apprentissage facilité des règles. Réflechissez à la façon dont vous souhaitez que les joueurs et joueuses réagissent :

  • Voulez-vous qu’ils créent des pans de l’univers ?
  • Quelle autonomie voulez-vous qu’ils aient ? Voulez-vous qu’ils puissent suggérez des jets de dés et qu’ils les justifient narrativement ?
  • Souhaitez-vous que les joueurs interagissent entre eux (et que vous profitiez du spectacle) ?
  • Souhaitez-vous qu’ils puissent narrer leur réussite comme leur échec ? Qu’ils suggèrent des contreparties aux réussites mitigées ?

Autant de questions qui modèle votre système de jeu. Notez que le système est bien plus large que les mécaniques de résolutions. C’est le système dans le sens forgien du terme. Et cela est à faire découvrir aux joueurs et joueuses pendant ces premières parties de découvertes autant que les mécaniques de résolution.

Prenez le temps de réfléchir à votre partie idéale et de notez comment vous souhaiteriez que les joueuses et joueurs participent. Cela peut être fait bien en amont de la première partie. Toutes ces envies peuvent être notées sur un papier afin que lors de l’élaboration du scénario vous puissiez prendre le temps de dire aux joueuses et joueurs qu’ils peuvent faire tout ce dont vous rêvez.

Ma sœur avait une belle phrase pour résumer ça : « Ça va s’en dire, mais c’est mieux en le disant ».

Sur votre feuille, vos envies devraient être de la forme : Les joueurs sont capable de …

Une fois que vous aurez couché sur le papier ce qui compose votre partie de JdR idéale, vous allez pouvoir identifier quelles sont les compétences que les joueurs et joueuses doivent avoir et les prioriser pour savoir lesquelles sont les plus importantes et comment les enseigner :

  • Doivent-ils se souvenir de l’histoire de l’univers ?
  • Aimeriez-vous que ce soit des fins stratèges pour les combats ?
  • Avez-vous envie qu’ils s’emparent de l’aventure et d’être pro-actifs ?
  • Souhaitez-vous entendre leurs descriptions hautes en couleurs de leur réussite ou de leur échec ?

Il est évident qui si vous souhaitez avoir des fins stratèges pour les combats, vous allez passer du temps à enseigner les règles de combats et les combinaisons tactiques (pendant deux ou trois séances). Alors que si vous avez envies d’écouter de longues scènes de roleplay entre eux, les joueurs et joueuses vont devoir apprendre à s’écouter et rebondir sur les idées des uns et des autres.

Bref, le JdR est bien plus vaste et plus riche que les mécaniques de résolution. Nous verrons dans un prochain article, comment à partir de votre partie idéale vous allez pouvoir écrire le scénario qui vous permettra de faire découvrir et d’enseigner les mécaniques du JDR.

Si vous souhaitez être informé des dernières parutions sur les outils de préparation de partie, vous pouvez vous inscrire gratuitement à la newsletter de la Chenaie d’Ocrelune.

* champ nécessaire