Lire des articles suffit-il à améliorer sa maîtrise de JDR ?

Body

Vous savez quel aspect du JdR vous voulez améliorer. Voyons comment progresser entre deux parties. Pour cet article, je prendrai l’exemple suivant : je veux rendre mes PNJ plus mémorables et pouvoir jouer des scènes des roleplay avec les PJ plus intéressantes qu’un « infos dump ». Je souhaite que les PNJ soient complexes pour qu’ils intriguent les joueurs et les rendre mémorables.

Où est la fiche de PNJ ?

Pour préparer pour la prochaine partie et rendre mes personnages plus profonds, j’établis certains critères :

  • Une certaine complexité ou nuance de gris des PNJ ;
  • Que cela soit facile à incarner ;
  • Que cela soit visible durant le jeu.

Dans ma campagne, il y a plusieurs PNJ : un mentor, un allié, le PNJ qui a permit le démarrage du scénario et un PNJ secondaire (qui est intervenu au début et interviendra vers la fin du scénario). Chacun est attaché à un ou plusieurs PJ. Le réseau de relation est important mais plat : ce sont juste des déclarations de PJ du type : « c’est lui qui m’a appris tout ce que je sais ». Comment enrichir tout ça pour faire des scènes de roleplay intense.

Image
Illustration d’une fiche de PJ de JdR vierge
Ça fait court comme fiche de PNJ profond et complexe !

À vos crayons !

Travailler sur tous les PNJ en même temps est contre-productif : cela fait beaucoup trop d’un coup. Par contre en appliquant mes réflexions sur un PNJ à la fois, j’y arriverai plus facilement. Mais comme c’est toutefois une somme de travail importante, la première chose à faire est de tester sa motivation : Suis-je prêt à faire des efforts pour enrichir mes PNJ ? Dit autrement : suis-je prêt à prendre du temps, de m’asseoir à une table avec papier et stylo et faire des exercices d’entraînement ? Suis-je prêt à me planter et piétiner dans mes réflexions ? Car la pratique régulière et orientée vers cela me permettra vraiment de progresser.

Ensuite la conception des séances d’entraînement doit prendre en compte les connaissances et compétences déjà en place et s’appuyer sur celles-ci : Comment crée je mes PNJ ? Quelles sont les infos sur le caractère et les détails techniques que je note pour ma partie ? Finalement avec cette introspection, il est possible d’orienter mon travail par la suite.

En étudiant mes notes, je constate que je marque uniquement la motivation du PNJ qui l’amène dans l’histoire et les informations qui doivent être donnés aux PNJ… Ouaip ! En fait, c’est normal que je fasse de l’info dump.

Pour être efficace dans ma progression, établir une grille d’évaluation sur mes prochains PNJ est une bonne idée. Cela me permet d’avoir un feedback immédiat et informatif sur mes sessions d’entraînement. Pour cela, je peux m’inspirer de gabarit comme le 7-3-1. Pour l’élaboration de cet outil qui deviendra une aide de jeu, il est important qu’il corresponde aux critères établis précédemment : Le PNJ est-il facilement mémorisable ? Est-il caractérisé en une phrase pour qu’il soit reconnaissable par les PJ ? En combien de temps puis-je le construire ?

Mon point de vue sur l’amélioration des compétences de MJ est aussi qu’on peut répéter des tâches similaires (mais pas pour autant identiques) de manière régulière, mais sans excès de zèle : créer des PNJ pour ma campagne, mais aussi utiliser la fiche d’outil de PNJ pour des personnages de films ou encore créer des PJ d’actual play Ces variations sur le thème permettent de s’approprier l’outil et la façon de caractériser les PNJ.

Évidemment tout ce qui est écrit au-dessus doit être fait par intermittence : faire des pauses régulières pour favoriser l’intégration et la compréhension de l’outil en mémoire… Et aussi préserver la motivation. Il faut donc organiser sa pratique intelligemment pour progresser. Grâce à une certaine régularité, une variation subtile et contrôlée, des temps de repos, et un feedback immédiat, l’amélioration des PNJ est possible.

À votre tour.

À présent que la méthode est présentée vous pouvez l’appliquer à toutes les compétences que vous souhaitez améliorer. Elle se décompose en cinq étapes :

  • Tester sa motivation ;
  • Regarder sa pratique actuelle ;
  • Établir une grille d’évaluation ou une fiche d’aide de jeu ;
  • S’entraîner de différentes manières
  • Faire des sessions régulières

Après quelques semaines, revoyez votre niveau pour voir si vous avez progressé comme vous le souhaitez et surtout écoutez vos joueurs, vous aurez la surprise d’entendre des remarques comme : « Ah ouais, donc c’est pas pour rien qu’il est là ! »

Si vous souhaitez être informé des dernières parutions sur les outils de préparation de partie, vous pouvez vous inscrire gratuitement à la newsletter de la Chenaie d’Ocrelune.

* champ nécessaire