Les environs d’Ildor

Soumis par Sylmenas le mer 09/09/2020 - 16:26
Vignette

Cet article (et les autres qui suivront) expose ma préparation de campagne de JdR. Celle-ci doit répondre à plusieurs critères. Le type de campagne West Marches semble être la meilleure solution pour celle-ci.

En effet, je joue régulièrement en club. Les horaires et obligations familiales de chacune et chacun font que les soirées regroupent à chaque fois une équipe de personnage différente. De plus, j’aime intégrer de nouveaux membres du club à la table de jeu (même pour une ou deux séances). La campagne West Marches est appropriée, à mon avis, en cela que je la joue en table ouverte ; que l’un des principes est qu’à chaque session, une nouvelle équipe peut se former le temps de la partie.

Ensuite, comme j’anime des parties de jeu de rôles pour les adultes et pour les jeunes, je souhaite me faciliter le travail en développant un seul univers. J’ai essayé cette approche les années précédentes et cela m’a convaincu de la possibilité de jouer des parties avec des tonalités différentes dans le même univers sans détruire sa cohérence.

De plus, pour rester dans le canon des West Marches, à chaque partie, un cahier d’exploration sera tenu pour les joueurs et joueuses. Ce sera la compilation de toutes les informations récoltées par tout le monde. Ce sera peut-être une contrainte pour les joueurs mais tout cela me laisse entrevoir une richesse de jeu et de développement d’univers fascinant.

Concernant les mécaniques de résolution, au vu de la diversité des JdR du moment, je souhaite un système simple à apprendre mais qui peut convenir pour celles et ceux qui aiment jouer avec des combinaisons tactiques. Lors de mes premiers essais d’initiation, je pensais que les pbta me conviendraient : l’histoire est toujours en mouvement et les déclencheurs pour les jets de dés sont clairs. Cependant, j’ai découvert que certains aiment rêver durant leurs premières parties et qu’imaginer les rebondissements ou les actions d’éclat peut ralentir et amoindrir le plaisir de jeu. Je vais donc utiliser la cinquième édition de Donjons & Dragons. La mécanique de résolution est simple (un D20 + un modificateur contre une difficulté moyenne de 15) mais peut permettre des combinaisons tactiques (lors des combats ou lors d’exploration) utiles pour une campagne centrée sur l’exploration d’un environnement sauvage. De plus, pour certaines initiations, j’ai rencontré des personnes qui avaient besoin d’une matérialité identique à celle des jeux de plateau… et D&D 5 le permet.